La transmission d'une entreprise réunionnaise repose sur un déroulé méthodique, jalonné d'étapes et d'actions à réaliser. Les enjeux s'avèrent multiples : transmettre l'entreprise dans les meilleures conditions tarifaires, dans les meilleurs délais et en s'assurant que les dispositions légales et administratives soient réunies. Voici les 4 étapes clés qui permettent d'y parvenir.

 

Étape n°1 de la transmission d'entreprise à La Réunion : le diagnostic

Avant d'aborder la question du montant de la transmission de l'entreprise, la première étape fondamentale consiste en la réalisation de son diagnostic. Pourquoi ? Cela permet de cerner précisément l'objet de la transmission. Si, en tant que dirigeant, vous connaissez naturellement parfaitement votre entreprise, le repreneur doit avoir tous les éléments en main. Il s'agit alors dans un premier temps de réunir des documents de différentes natures :

Des documents comptables et financiers :

  • Les bilans comptables des 3 derniers exercices ;
  • Les comptes de résultats des 3 derniers exercices ;
  • Les annexes comptables ;
  • Les échéanciers en cours (paiements fournisseurs et prestataires, cotisations sociales...) ;
  • Un état du matériel et du stock ;
  • La valeur vénale des différents éléments de l’actif (immeubles, matériels, etc) nécessitant parfois l’intervention d’un professionnel pour leur valorisation.

Des documents légaux, juridiques :

  • Les statuts de l'entreprise ;
  • L'extrait Kbis ;
  • Le PV de la dernière assemblée générale ;
  • Les contrats en cours (contrats de travail, contrats de prestations de services, licences...).

L'ensemble de ces documents permet de réaliser un diagnostic complet, à 360°. Plusieurs aspects doivent être abordés :

  • Le secteur d'activité, la place de l'entreprise sur son marché, l'offre, la demande, la concurrence, les opportunités, les barrières à lever.
  • Les ressources humaines, en faisant le point sur les compétences internes disponibles, sur le rôle de chacun, sur les résultats individuels et collectifs ;
  • Les moyens techniques disponibles ;
  • Les ressources financières, en faisant un état des lieux de la santé et de la solidité financière de l'entreprise, de sa rentabilité ;
  • Le juridique, en répertoriant les contrats, les brevets, mais aussi les normes et les certifications requises.

 

Étape n°2 de la transmission d'une entreprise réunionnaise : la fixation du prix de cession

Le montant du prix de cession de l'entreprise à transmettre représente bien entendu en enjeu central. Plusieurs approches, plusieurs techniques, permettent de déterminer le montant de la cession. Pour ce faire, des critères sont à prendre en compte, tels que :

  • Le chiffre d'affaires de l'année en cours de même que celui des 3, voire 5 exercices écoulés ;
  • La rentabilité, la marge financière dégagée sur les 3, voire 5 dernières années ;
  • La taille et la qualité du portefeuille clients ;
  • L'état du marché : en croissance par exemple ;
  • Le savoir-faire de l'entreprise.

Grâce à ces informations, il devient possible de fixer le prix de la cession. Plusieurs méthodes se montrent efficaces.

La méthode dite patrimoniale consiste à évaluer l'actif net comptable de l'entreprise, c'est-à-dire la différence entre l'actif et le passif. L'analyse du bilan comptable des 3 derniers exercices le permet. Si cette approche ne prend pas en compte la rentabilité de l'entreprise, elle donne toutefois une photographie fidèle de sa santé comptable et financière.

La méthode comparative permet d'évaluer le montant de la cession en comparant l'entreprise à plusieurs de ses concurrents les plus proches. Taille et structure de l'entreprise, chiffre d'affaires, position sur le marché... Différents éléments sont pris en considération.

Autre approche intéressante : la rentabilité. La méthode de la rentabilité repose sur la rentabilité moyenne des derniers exercices, de même que sur l'estimation de la rentabilité future de l'entreprise, sur sa capacité à dégager de la marge, des bénéfices.

 

Étape n° 3 : communiquer sur la transmission, trouver et négocier avec le repreneur

Suite à ces deux premières étapes, vient le moment de communiquer sur la transmission, identifier le repreneur et négocier les termes de l'opération.

Apporter une attention et un soin particuliers à la rédaction de l'annonce de cession est primordial. Elle doit susciter l'intérêt de la part de repreneurs potentiels. Pour cela, l'annonce doit mettre en avant différents aspects tels que :

  • Le secteur d'activité de l'entreprise ;
  • La localisation géographique, son domaine de chalandise ;
  • Le chiffre d'affaires ;
  • La taille de l'effectif ;
  • La surface commerciale le cas échéant ;
  • L'apport minimum requis pour la reprise ;

Reste ensuite à diffuser l'annonce. Plusieurs relais existent : la CCI de la Réunion, les Chambres de métiers et de l'artisanat, des associations comme Cédants et repreneurs d'affaires (CRA), les Clubs Entrepreneurs des Arts et Métiers.

Dès lors que plusieurs candidats démontrent leur intérêt pour la reprise, il convient de procéder à une sélection avant de négocier les termes de la transmission. Pour retenir deux, trois voire quatre repreneurs potentiels, différents critères s'avèrent utiles : financiers, professionnels et personnels. Aborder ces trois aspects permet de jauger la solvabilité et la solidité financière du repreneur, de son implication personnelle et de son intérêt professionnel. Cette base sert par la suite à négocier les termes de la cession.

 

Étape n°4 de la transmission d'entreprise : le protocole d'accord et l'acte de cession

Après avoir sélectionné le repreneur, l'ultime étape consiste à finaliser la transmission. La formalisation d'un protocole d'accord de même qu'un acte de cession en bonne et due forme s'impose.

Le protocole d'accord met en évidence plusieurs aspects :

  • Les parties en présence ;
  • La présentation détaillée de l'entreprise ;
  • Le montant du capital social ;
  • L'état financier ;
  • L'objet de la vente – parts sociales, fonds de commerce... ;
  • Le montant de la cession, le prix de vente ;
  • Le mode de paiement ;
  • Les contrats en cours.

Quant à l'acte de cession, il est chaudement recommandé de faire appel aux services d'un notaire. Si l'acte sous-seing privé demeure une possibilité, l'acte notarié reste la solution la plus sûre.

 

L'expert-comptable : votre allié pour la transmission de votre entreprise !

Si vous avez un projet de transmission d'entreprise, votre expert-comptable est le mieux placé pour vous accompagner à toutes les étapes. Il connaît votre entreprise, ses forces, les données financières et comptables. Il sait monter le dossier de transmission, valoriser le prix de la cession, le fixer précisément. Il peut également vous accompagner dans la sélection du repreneur, vous conseiller sur les négociations à mener. 
Aussi, il est en contact permanent avec des spécialistes aux compétences variées tels que des juristes, des spécialistes de l'audit, des conseillers financiers. Pour vous, c'est l'assurance d'une prestation globale, clé-en-main, réalisée par des professionnels aguerris.


La transmission d'une entreprise réunionnaise nécessite de suivre des étapes clés, gages du succès de l'opération. Votre expert-comptable se tient à vos côtés pour vous permettre d'aborder sereinement ce projet. Un projet qui fait partie du pilotage de votre entreprise.

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez le guide sur le pilotage d’entreprise à La Réunion ou téléchargez-le gratuitement ici :

Nouveau call-to-action

Ce contenu vous à plu ? Partagez-le à votre entourage !

Laissez un commentaire

Vous aimerez aussi

Pilotage d'entreprise à la Réunion : 5 outils incontournables
Pilotage d'entreprise à la Réunion : 5 outils incontournables
18 avril, 2022

Le pilotage d'une entreprise à la Réunion consiste à collecter, traiter, analyser et exploiter un ensemble d'information...

Comment organiser correctement le service comptable de votre entreprise ?
Comment organiser correctement le service comptable de votre entreprise ?
14 août, 2023

Organiser le service comptable de votre entreprise est une disposition indispensable. La raison en est que cela engendre...

arrow